Déclaration de l'ONU SUR les droits des paysans

Présentation

Après 17 ans de travaux et de débats, l’Assemblée Générale des Nations Unies a finalement adopté la « Déclaration des Nations unies, sur des droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales », le 17 décembre 2018.

La France (patrie des droits de l’homme) s’est abstenue, sans doute sous la pression du lobby des semenciers, vent debout contre le texte qui reconnaît aux paysans le droit de faire leurs propres semences.

Selon l’ONU « La Déclaration s’appuie sur les normes internationales en vigueur qui concernent les droits de plus d’un milliard de personnes, notamment les paysans, les travailleurs ruraux, les petits exploitants agricoles, les pêcheurs, les pasteurs et autres, en fournissant aux États des indications détaillées sur leurs droits. « 

Une déclaration de l’ONU n’a pas de caractère contraignant mais les états qui le désirent peuvent la transcrite en lois nationales.

Cette déclaration est originale dans le sens où ce sont les organisations paysannes qui en ont porté l’initiative et non les états ou les instances de l’ONU.

A l’origine de l’initiative, Via Campesina, qui regroupe plus de 160 organisations paysannes dans 73 pays et plusieurs organisations françaises nationales dont les groupes locaux sont adhérents du Treuil (Terre de Liens, la Confédération Paysanne, les CMR, le MRJC, etc.)

Pour lire ou télécharger le texte

Histoire de cette déclaration

Extrait d’un document de la Fimarc (Fédération Internationale des Mouvements d’adultes Ruraux Chrétiens)

Vote des différents pays